Traitement du Kératocône 2017-04-25T11:35:15+00:00
Le kératocône est une maladie de la cornée qui évolue de façon progressive. Avec le temps, la cornée adopte une forme conique irrégulière dûe à l’altération de la structure interne du tissu cornéen, d’une façon précise, du collagène cornéen.

Les principaux signes anatomiques de kératocône sont l’amincissement de la cornée dans sa zone centrale ou paracentrale, presque toujours accompagnés d’une élévation dans cette zone et un astigmatisme irrégulier élevé, ce qui entraîne nécessairement une mauvaise vision.

L’astigmatisme irrégulier ne se corrige pas avec les moyens traditionnels (lunettes ou lentilles souples) il est nécessaire d’utiliser des lentilles de contact dures (dont le port est incomode) pour obtenir une bonne qualité de vision.

Dans les stades avancés, le kératocône provoque une très mauvaise qualité de vision et l’amincissement de la paroi cornéenne peut être telle que se produise sa rupture et qu’une greffe de cornée est nécessaire pour éviter la perte du globe oculair.

Le kératocône peut être traité, au début, on le laisse avancer dans l’espoir qu’il se stabilise et arrête de progresser, si cela ne se produit pas, on a recours à une greffe de cornée pour remplacer la cornée affectée.

Les progrès en ophtalmologie font que, actuellement il y a deux traitements disponibles pour arrêter la progression du kératocône et dans certains cas réduisent astigmatisme cornéen améliorant la qualité de la vision.

La réticulation cornéene transépithélial

Ce qu’on appelle la réticulation cornéenne transepitheliale est le processus par lequel on arrive à générer de nouvelles unions ou ponts entre les chaînes de collagène cornéen existantes, renforçant et cohésionant ainsi le tissu cornéen et en le rendant plus résistant à la progression du kératocône.

L’activation avec lumière ultraviolette de la riboflavine stimule la régénération du collagène cornéen. Pour y parvenir, le tissu cornéen est trempé avec la riboflavine et ensuite la cornée est irradiée pendant 30 minutes avec une lumière spéciale dans la plage des ultraviolets. Cela se traduit par la création de nouveaux ponts ou unions entre les chaînes de collagène renforçant le tissu cornéen.

La nouvelle technique transepitheliale est une importante amélioration pour ce qui est du confort du patient et réduit les risques déjà faibles de ce traitement. La riboflavine transepitheliale a la propriété de passer à travers de l’épithélium cornéen. Avec cette technique il n’est pas nécessaire de retirer l’épithélium, de sorte que les risques encourus sont éliminés et fait que le traitement ne soit absolument pas douloureux ni nécessite un temps de repos ou un congé de maladie.

Implant d’anneaux intracornéens

Les anneaux intracornéens sont deux segments de méthacrylate, sous la forme de deux demi-cercles, dont l’épaisseur varie en fonction des besoins du patient. Le chirurgien les place à l’intérieur de la cornée (structure la plus externe de l’œil) dans la zone périphérique loin de la zone centrale de l’oeil, pour éviter l’aire visuelle centrale

Une fois implantés, et grâce à un effet mécanique, ils tendent et aplatissent la cornée centrale (ce que fait le laser), obtenant jusqu’à 4 dioptries de myopie et 6 d’astigmatisme, produisant un effet de régularisation de la cornée. Souvent ils arrêtent aussi la progression du kératocône. Ils restent immobiles et invisibles à l’œil nu parce qu’ils sont transparents comme tissu cornéen où ils sont placés.

La qualité du traitement dépend de la méthode employée pour faire le tunnel dans la cornée où se logera le segment implanté. Chez Vistalaser Ophtalmologie nous le réalisons avec le Laser femtoseconde qui est reconnu comme la méthode la plus sûre et précise.

Le traitement se fait en 30 minutes environ et ne nécessite pas d’hospitalisation. On utilice une anesthésie locale par gouttes et le lendemain on reprend la vie normal.

Dans la plupart des cas, la progression du kératocône s’arrête et la vision du patient s’améliore.

Questions fréquentes sur le kératocône

Le kératocône est une maladie variable et imprévisible. Beaucoup de patients souffrent de cas bénins qui ne progressent pas de manière significative, dans un ou deux yeux, mais il n’y a aucun moyen de prédire son développement ni de garantir sa stabilisation.
Pour un grand nombre d’experts, le kératocône est une maladie bilatérale, c’est-à-dire, qui se produit dans les deux yeux, donc si nous avons un kératocône dans un oeil, il est probable qu’il se développe plus tard dans l’autre.
Les patients atteints de kératocône peuvent perdre la vision de façon progressive en raison de la distorsion de la cornée, celle-ci se déforme et ayant une surface irrégulière elle ne nous permet pas de voir clairement, ce qu’on appelle l’astigmatisme irrégulier.

Autre raison pour laquelle qu’ils peuvent perdre la visión est à la suite de l’inflammation et la cicatrisation de la cornée, ce qui entraîne une vision floue ou assombrie.

Mis à jour récemment: 25/04/2017